C'est par ici !!






mercredi 15 mars 2017

L'album du mercredi : 1000 vaches 📚 [L'album du mercredi]

Les albums qui sentent bon la terre, la nature, la campagne, les bonnes choses et la vraie vie, moi, j'aime bien !
Quand j'ai vu celui-ci, j'ai immédiatement flashé sur ses illustrations si originales.
Et puis j'ai regardé de plus prÚs et le sujet m'a vraiment emballé.

Il faut dire que ce livre parle d'un sujet trÚs actuel qui préoccupe forcément les parents d'aujourd'hui (et comme c'est moi qui choisit les albums...).

Un fermier vivait heureux avec ses trois vaches. Elles lui donnaient du lait qu'il Ă©changeait au village. 
Et puis un homme-costume est venu, a goutĂ© le lait et a voulu le vendre. 
Il lui fallait plus de lait, il fallait plus de vaches, mais le fermier ne pouvait pas s'occuper de plus de vaches, alors il fallait des machines pour aider le fermier, et plus de vaches encore... 



La dédicace "à Vivien et à tous les éleveurs en lutte pour vivre libre et en harmonie avec l'environnement" donne le ton du récit dÚs le départ en affichant une préoccupation écologique que le titre avait annoncé.

AdÚle Tariel et Julie de Terssac ont effectivement choisi de nous parler de ces fermes qui ont grossi sans mesure pour répondre à la demande des industriels, de ses fermiers qui ont écouté les grands patrons et se sont fait débordé.
C'est triste, c'est tragique et on attend le dénouement avec inquiétude tant cela nous parle de ce que nous vivons aujourd'hui.




J'ai Ă©tĂ© particuliĂšrement touchĂ©e par ce fermier qui tente de continuer Ă  donner un petit nom Ă  ses vaches malgrĂ© leur nombre, comme s'il voulait garder ce lien avec chacune d'elles mĂȘme si cela devient si difficile.
Leurs noms finissent tous par -ette, mais si les premiĂšres s'appelaient Marinette ou Ginette, les suivantes finissent par s'appeler PerdlatĂȘte ou MarchesurlatĂȘte, et puis quand il n'a plus d'idĂ©e, il leur donne des numĂ©ros 😕. 
Car la clé est sans doute là, dans ce lien qui se perd, le lien à la terre, à ce dont nous avons réellement besoin plus qu'à ce dont nous avons envie, à cette absurdité de vouloir toujours grossir et




Les illustrations de Julie de Terssac servent magnifiquement le propos.
C'est beau, c'est doux, c'est gai mais pas toujours.
L'utilisation de papiers colorĂ©s dĂ©chirĂ©s et collĂ©s rehaussĂ©s de traits de peinture donne l'impression d'une image faussement naĂŻve oĂč le sentiment peut s'exprimer.
Il faut aussi ĂȘtre attentif car de petits Ă©lĂ©ments apparaissent parfois comme dans la ferme devenue usine oĂč les sachets de granules remplacent l'herbe verte.
Et puis les couleurs sont superbes  !




On dit toujours que si nous ne buvons plus de lait, les paysages vont changer et les vaches disparaitre (vous avez déjà vu des vaches sauvages, vous ?).
Mais peut-ĂȘtre qu'il suffirait juste de retrouver des exploitations Ă  taille humaine ou les vaches broutent l'herbe plutĂŽt que des granules et sont heureuses dans leur vie de vache.
Il y en a autour de chez moi et c'est bien mieux ainsi !

Je vous conseille donc sans hésiter cet album qui plaira aux parents et parlera aussi aux enfants.
Ma fille (3 ans dans deux semaines) l'a beaucoup aimé et a posé plein de questions sur ce que les vaches faisaient et pourquoi le fermier avait dit oui, et pourquoi il était malheureux.
Un beau début pour apprendre !









Merci 
aux Ă©d. PĂšre Fouettard




2 commentaires:

Les commentaires sont modérés pour vous éviter les formulaires interminables mais n'hésitez pas à laisser un mot (ou plusieurs) ^-^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...